Race de chien : Fila Brasileiro

En résumé:

Robuste (santé) 90%
Voyage 50%
Supporte la solitude 70%
Apte à la garde 100%
Entretien 70%
Education 80%
Propreté 80%

Le fila brasileiro ou mâtin brésilien est classé par la Fédération Cynologique Internationale dans la catégorie des pinschers et schnauzers, molossoïdes, chiens de bouvier suisse, de type dogue. A la fois gardien de choc et adorable compagnon pour tous les membres de la famille, ce puissant molosse est une véritable force de la nature. Il veillera sur votre propriété avec ferveur mais surtout, il n’y a pas meilleur garde du corps que lui. Les étrangers sont prévenus, gare à tous ceux qui tenteraient de vous faire du mal ! Cet imposant canidé possède en effet une affection pour les siens de dimension égale à sa taille. Alors même s’il n’est pas à mettre entre toutes les mains, le fila brasileiro se révèle être un merveilleux chien de compagnie, aimant et fidèle, qui vaut réellement la peine d’être connu.

Les caractéristiques du Fila Brasileiro

Race typiquement molossoïde, le fila brasileiro possède une construction puissante, compacte et très impressionnante. Pour autant, ses proportions sont harmonieuses. Le mâle mesure entre 65 cm et 75 cm au garrot, pour un poids variant de 50 kilos à 60 kilos. Quant à la femelle, elle est tout aussi colossale. Sa taille est située entre 60 cm et 70 cm au garrot, tandis que l’aiguille de la balance se positionne sur les 40 kilos voire même les 50 kilos ! Malgré cette masse et sa grande taille, le mâtin brésilien possède une démarche de félin à l’amble très noble et une ligne de dos surbâtie, c’est-à-dire dotée d’une croupe un peu plus haute que le garrot. Il est ainsi capable d’une grande agilité, à tel point que la femelle arbore une allure très féminine, encore plus raffinée que celle du mâle.

S’agissant de la robe du fila brasileiro, toutes les teintes uniformes et leurs combinaisons sont admises à l’exception du gris souris, du bleu, du blanc, du noir et feu. Le bringé est accepté, tout comme les marques blanches sur le bout de la queue, les pattes et le poitrail. Le mâtin brésilien peut également porter un masque noir. Son poil est court, bien couché, épais et extrêmement doux.

Sa grande tête est lourde et massive mais en parfaite harmonie avec le corps. De taille moyenne et légèrement enfoncés, ses yeux en amande sont bien écartés et la couleur de l’iris varie de l’ambre au brun foncé pour s’assortir à la robe, séparés par un museau puissant subtilement plus court que le crâne. La grosse truffe reluit de noir et le stop est bas et incliné, à tel point qu’il n’est quasiment pas visible de face. Quant aux oreilles du fila brasileiro, elles sont bien larges et épaisses, pendantes et arborant une élégante forme de V.

Ses membres sont parallèles et longs, trapus et droits, dotés d’une ossature extrêmement forte. Le mâtin brésilien a en outre une poitrine développée et bien descendue ainsi qu’une queue très large à la base qui se rétrécit rapidement, pour se terminer au niveau du jarret. Lorsque le chien est en action, cette dernière se redresse en prononçant la courbe de l’extrémité. Enfin, le tronc est assez long et couvert d’une peau lâche et épaisse, comme en témoigne les fanons prononcés sous le cou musculeux qui ont tendance à se prolonger jusqu’à l’abdomen. Néanmoins, aucune ride ne doit être présente sur la tête. C’est seulement en éveil que la peau du crâne se contracte, pour former entre les oreilles des ridules longitudinales.

Fila Brasileiro : Les origines

Bien que les origines du fila brasileiro sont assez controversées, il est incontestable qu’il s’agit d’une race ancienne faisant partie de la catégorie des molosses. Ces chiens massifs aux longues babines épaisses accompagnaient en effet les conquistadores portugais lors de la colonisation du territoire brésilien au 16e siècle. Ils étaient alors utilisés pour conduire le bétail et protéger les troupeaux des animaux sauvages, notamment des jaguars. A la nuit tombée, leur rôle principal était de garder la ferme. Ces molosses ont également grandement servi à repousser les Hollandais venus conquérir le pays. Leur flair immensément développé leur permettait en outre de se lancer en chasse des soldats déserteurs et des esclaves en fuite qui travaillaient dans les plantations de cannes à sucre. Leur rôle n’était bien évidemment pas de les blesser, mais simplement de les menacer pour les inciter reprendre leur mission. La polyvalence du fila brasileiro est telle qu’il était très populaire auprès de la police du Brésil, qui voyait en lui un pisteur d’exception. Ainsi, son nom lui viendrait sans aucun doute du portugais « filhar », autrement dit attraper sans relâcher la proie. Après l’abolition de l’esclavage en 1888, le molosse s’est reconverti en gardien des grandes propriétés.

Dès le 19e siècle, le fila brasileiro a fait l’objet de plusieurs croisements. Ainsi, le lévrier espagnol est intervenu pour améliorer l’agilité et la vitesse, tandis que le chien de chasse courant de Saint-Hubert n’a fait qu’accroître l’odorat du mâtin brésilien. Enfin, le mastiff et le bouledogue ont renforcé sa musculature et sa carrure. Quoi qu’il en soit, au fil des sélections, l’homme a toujours eu pour objectif de maintenir le tempérament de la race et son aspect typique de molossoïde.

Il n’existe pas de document concret et suffisamment convaincant pour attester des réelles origines du mâtin brésilien mais ce qui est sûr, c’est que le premier standard de la race a été établi en 1946 par les vétérinaires Paulo Santos Cruz, Erwin Valdemar Rathsan et João Ebner, soit quelques dizaines d’années après le démarrage de son élevage. L’utilité du fila brasileiro a toujours été indéniable mais s’il a mis autant de temps à devenir une race à part entière, c’est tout simplement parce que chaque propriétaire donnait naissance à des portées en fonction de ses propres besoins.

La reconnaissance officielle du mâtin brésilien par la Fédération Cynologique Internationale date seulement de 1968, sous la direction du président du Brasil Kennel Club Antonio Barone Forzano. Un règlement national d’élevage a été élaboré en 1975, mais ce n’est qu’au début des années 1990 que le fila brasileiro est arrivé en France. Malgré ses belles aptitudes, il demeure bien trop rare en Europe.

Le caractère du Fila

Le fila brasileiro est comme le succulent café du Brésil, doux, puissant et robuste à la fois. De comportement serein, il affiche une assurance qui lui est propre. Il supporte instinctivement une ambiance insolite, ce qui en fait un chien de ferme, gardien, chasseur de gros gibier et protecteur par excellence. Ce gros molosse fait preuve d’un bel équilibre psychologique, d’une affection débordante et d’une fidélité exemplaire. Attentif à son maître qu’il aime plus que tout, ce pot de colle est très obéissant et docile, mais aussi infiniment patient et tolérant avec les enfants. Alors pour les câlins, n’en soyez surtout pas avare, car le mâtin brésilien ne craint pas l’overdose et recherche avec insistance le contact de ses proches. En revanche, il se montre particulièrement distant et même méfiant vis-à-vis des inconnus. Son courage, sa détermination et sa bravoure le conduisent à devenir redoutable s’il estime que sa famille court un véritable danger. Avec ses congénères, le fila brasileiro peut réagir violemment aux provocations d’un grand chien. Mais en ce qui concerne les plus petits, il en ignore complètement les effronteries.

Les conditions de vie

Profondément rustique, le mâtin brésilien réclame de l’espace au quotidien et de l’exercice physique à volonté. Loin de sa forêt tropicale, il se contente d’un grand jardin et de sorties fréquentes dans la campagne pour exprimer toute son énergie. Du fait de son gabarit de géant, son besoin constant de se dépenser sans oublier le souvenir de ses parties de chasse à travers les vastes terres du Brésil, la vie citadine est fortement contre-indiquée. Le fila brasileiro est fait pour défendre les grandes propriétés et n’a strictement pas sa place dans un appartement. Bien qu’il puisse rester à l’extérieur en toutes saisons, il est indispensable de lui laisser à disposition une niche confortable à l’abri des intempéries et surtout, il ne doit pas être mis à l’écart de la famille. Il déteste par-dessus tout la solitude, alors intégrez-le autant que possible à la vie de tous les jours. Sans contact humain, votre gros molosse au cœur tendre ne pourrait pas se sentir totalement heureux et épanoui. Son bonheur réside dans la présence de ses proches et surtout des plus petits qu’il protège avec une bienveillance démesurée. Les maîtres trop souvent absents n’ont absolument rien à faire avec ce grand sentimental. Il lui faut simplement un entourage qui lui témoigne un amour sincère et beaucoup de générosité. Enfin, le fila brasileiro s’entend bien avec tous les animaux de la maisonnée, qu’il s’agisse de chiens, chats, rongeurs, oiseaux ou encore chevaux, moutons et vaches, dès l’instant où il se sente en confiance et qu’il sache où est sa place.

La santé

Le fila brasileiro est très robuste et ne souffre pas d’une pathologie en particulier. Il bénéficie ainsi d’une espérance de vie moyenne de 13 ans.

Toutefois, la croissance du mâtin brésilien doit être suivie de très près afin d’éviter la dysplasie de la hanche et du coude. Allez-y doucement avec les exercices physiques de votre chiot et laissez-le se dépenser spontanément, sans le forcer. Cela sera amplement suffisant. Lorsqu’il aura atteint l’âge adulte, votre brave compagnon à quatre pattes pourra se défouler à sa guise et n’attendra qu’une chose, que vous le fassiez participer sans modération à vos activités sportives.

Comme tous les chiens de type dogue qui sont connus pour grandir à une vitesse fulgurante, sa nourriture doit être riche en protéines, ce qui permettra de couvrir l’ensemble des besoins importants de ce grand canidé. Les croquettes de qualité sont bien adaptées au développement du fila brasileiro en fonction de son âge et de son mode de vie.

Le dressage

Par sa corpulence et son côté excessivement protecteur, le fila brasileiro est à mettre uniquement entre des mains expertes ayant une réelle expérience des chiens de garde. Il exige une éducation ferme et constante, menée en douceur avec beaucoup d’amour ainsi que d’un maître à son écoute. Sans une autorité infaillible, le mâtin brésilien aura tendance à se montrer trop exclusif avec sa famille. Il aime tellement son entourage que n’importe quel étranger ne peut qu’être un intrus, voire un ennemi. Il est primordial de canaliser sa propension incommensurable à défendre les siens, aussi bien humains que poilus. Grâce à plusieurs séances de dressage précoces, le naturel calme et équilibré de votre adorable compagnon ne lui fera jamais défaut. Une fois adulte, il sera capable de cibler ses interventions avec les inconnus, mais toujours à l’unique condition que vous soyez en mesure de bien le maîtriser à l’extérieur. En effet, son instinct de protection peut être réveillé à tout instant. D’ailleurs, il est essentiel de ne pas stimuler cette agressivité par des méthodes brutales et ne jamais le dresser à l’attaque, car le mâtin brésilien pourrait se métamorphoser en une véritable arme en raison de sa musculature surdimensionnée et de sa grande impulsivité. Dans tous les cas, un fila brasileiro bien élevé saura garder un œil bienveillant sur les enfants en bas âge avec beaucoup de conscience professionnelle, tout comme sur les copains qui viennent jouer à la maison. Concentrez-vous également sur le rappel, pour que vous puissiez garder le contrôle de votre fidèle compagnon en toute circonstance, le mâtin brésilien étant réputé pour ne pas être vraiment commode avec ses congénères.

Quelques conseils

L’entretien du fila brasileiro est très facile. Un brossage une fois semaine suffit pour le débarrasser des poils morts et préserver un pelage sain.

Si vous souhaitez adopter ce magnifique spécimen de la gente canine, sachez toutefois qu’il demeure assez difficile à trouver. Il est effectivement encore méconnu en Europe et les éleveurs ne sont pas très nombreux. Ainsi, il convient de se lancer en quête d’un bon élevage assez tôt pour avoir la garantie d’accueillir le chiot de vos rêves, sans hésiter à se rendre dans d’autres pays où le mâtin brésilien est plus répandu.

Crédits photos : Fotolia

Livres complémentaires :

Découvrez d’autres races de chiens:

Race de chien : Fila Brasileiro
5 (100%) 1 vote

Pin It on Pinterest